« Strange Fruit » : d’une musique d’anthologie à l’art contemporain.
Auteur
Virginie Ehonian

Le poème « Strange Fruit » d’Abel Meeropol est devenu une chanson notoire interprétée par Billie Holiday à la fin des années 1930. La gestuelle et l’interprétation de la grande Lady Day ont ancré « Strange Fruit » dans l’histoire du jazz et de la musique. Mais au delà, les notes noires et blanches de la chanson trouvent aussi, plastiquement, une résonance sourde ou criante, en tout cas – cruellement – évocatrice.

Ayana-V-Jackson-Death-©Mariane-Ibrahim

Death (2011), Archival pigment print, 153 × 145 cm

 

Un corps, figé en suspension , dans un décor gris. Un corps noir, ou plutôt un corps de femme noire, nu pendu dans le vide. La violence est sourde, muette et acerbe. Elle est frontale et conjugue à l’imparfait les Droits de l’Homme et du Citoyen.

 

La série « Poverty Photography » dont est issue la photographie  Death (2011) dérange. La nudité alliée à l’agressivité indirecte de la scène de lynchage met mal à l’aise le spectateur. Jackson met en scène son propre corps d’artiste ; son propre corps de femme noire, tout en déconstruisant ces clichés et autres idées reçues sur  ces sujets noirs – hommes, femmes, enfants – qu’elle incarne à nouveau, dans une nouvelle temporalité. Et si les meurtres de citoyens Africain-Américains commis par des agents de police (1) s’avèrent de tristes liens connecteurs avec ces stigmates historiques infligés au corps noir , ces situations de violence directe ou indirecte, reprises sous un prisme féminin en deviennent d’autant plus subversives. Car l’artiste américaine s’interroge : quel regard portaient les regardeurs de l’époque sur ces images ? Étaient-ils conscients du caractère pornographique de cette mise en scène de la détresse, de la pauvreté, du dénuement ?

 

L’artiste américaine Ayana V. Jackson revisite et re-questionne ainsi l’histoire à travers les prismes du racisme et du machisme. Se basant sur des images réelles et des archives, elle élabore une fiction intemporelle qui démantèle de manière esthétique et symbolique le caractère binaire du « noir et blanc ». La photographie sert d’outil à Jackson pour étayer son concept. Elle nous livre de nouvelles narrations, conceptuelles, sans date ni repère dans l’histoire universelle, plaçant son corps au centre de sa réflexion, entre fantasmes, imaginaire et mise en abîme.

__________________

Au cours d’une résidence à Rio de Janeiro, Sasha Huber est marquée par la présentation de d’ananas suspendus par des liens en métal aux étalages de fruits à travers la ville. Les ananas, par l’imaginaire exotique qu’ils représentent, lui permettront de symboliser autrement un corps noir brutalisé jusqu’à la mort, dépeint dans le poème d’Abel Meeropol.

 

En 2011, animée par son inspiration du Brésil, Sasha Huber réinterprète ces images à une autre échelle et fige plusieurs grappes d’ananas au sein de l’ancienne usine de coton Finlayson, à Tampere, en Finlande, dans le cadre du Annikki Poetry Festival. Une manière subtile de manier ces repères historiques et d’en proposer une narration conceptuelle semi-fictive, qui s’ancre dans une contemporanéité universelle.

 

 

2301005601_2303280_sf

 2301005602_2303279_sf

2301005603_2303281_sf

Strange Fruit installation (2011) © Sasha Huber © Photo by Teemu Juutilainen

 

En 2009, Sacha Huber concevait déjà « Strange Fruits Bowl »,  transposant plastiquement le fameux poème.  La quiétude propre à une nature morte se dissocie de manière abstraite, d’une rage ténue. Le bol fait en bois brûlé est recouvert d’agrafes métalliques – pratique artistique que l’on retrouve dans l’œuvre de l’artiste pour sa série « Shooting ». Et ces cordes qui ont visiblement servi, sont nouées de manière à former des boules,  miment des fruits. Quant aux marques d’une violence passée sur ces cordes, elles s’accordent au bruit sourd d’une douleur propre aux agrafes métalliques.

 

 

230100162302237_strange_fruit_bowl_712px

Strange Fruit Bowl (2009), Metal staples on fire burned wood with hemp ropes, 30 x 30 x 20 cm. Photo by Nurri Kim

 

Métaphores de maux historiques de la société américaine, à savoir le racisme et le lynchage de personnes noires,  « Strange Fruits Bowl » et « Strange Fruit  Installation » de Sasha Huber, traduisent plastiquement la célèbre chanson interprétée par Billie Holiday, avant de faire une  référence directe à un pan de l’histoire sombre, à un corps noir absent et une agressivité funeste.

L’utopie du corps… noir

 

La force des oeuvres de Ayana V. Jackson et de Sasha Huber, réside dans la manière qu’elles ont de proposer de nouvelles corrélations dans l’espace-temps et entre différentes zones géographiques. Elles induisent ainsi le possible caractère illusoire de l’histoire et rompent finement avec celle-ci. Hétérotopiques, leurs oeuvres rendent compte de faits à la fois historiques et présents, intemporels.

_________________________________________________________________________________
L’hétérotopie, concept forgé par Michel Foucault, est une localisation physique de l’utopie. Ce sont des espaces concrets qui hébergent l’imaginaire, « comme une cabane d’enfant ou un théâtre ». Elles constituent ainsi le négatif d’une société, ou en sont pour le moins en marge. Exemples : la prison, le couvent, le cimetière, mais aussi, l’île, le navire, la plantation, la lune, etc. . .

 

(1) Nous pouvons encore nous souvenir des noms de Trayvon Martin – abattu en février 2012 – , de Michael Brown – abattu en août 2014 – ou de Charles Taylor – abattu en août 2015 – pour ne citer qu’eux…

Pour aller plus loin :

 

__

 

marianeibrahim.com/artists/ayana-v-jackson/ayana-v-jackson-poverty-pornography

 

Ayana V Jackson undresses the past (vidéo)

 

__

 

 

Sasha Huber est née en 1975, à Zürich, en Suisse. Elle vit et travaille à Helsinki (Finlande). La mémoire et l’histoire coloniale sont au centre de sa démarche artistique ainsi que sa double culture haïtienne. 

 

www.sashahuber.com/strange_fruit_bowl

 

www.sashahuber.com/strange_fruit_installation

 

__

 

David Margolick, Strange Fruit, Paris, Editions 10/18, 2000, 111 pages.

 

Michel Foucault : Les Hétérotopies (Radio Feature, 1966)

 

Yann Le Bihan , « L’ambivalence du regard colonial porté sur les femmes d’Afrique noire », Cahiers d’études africaines, 2006/3 n° 183, p. 513-537

 

Auteur

Virginie Ehonian
Found on visual arts and contemporary creation, particularly on the African continent... Virginie runs the blog "african links". First working with André Magnin, she became head of mission in the studio of the multidisciplinary artist Barthélémy Toguo. She lately started curating at Raw Material Company in Dakar before joining the team of 1:54 the first international contemporary African art fair, launched by Touria El Glaoui, for its two first editions in London. Between Art, History and Cooperation, her researches and interests revolve around the concept of African identity in contemporary art, the status of the African artist and the perception of black women in the French society.
Voir toute l'équipe

Commentaires
Recommandé
Blacks to the future
UN REGARD NOVATEUR SUR L’AFRICANITÉ ET SES MODES D’EXPRESSION.
Black(s) to the Future s’adresse aux acteurs et actrices du monde de demain : c'est un espace d’interaction et de rapprochement d’initiatives créatives, relevant le défi AFRIQUE + FUTUR.
A Propos
Rejoignez-nous